Navigation Menu
Une gamme de trois matériaux : cuivre, PER ou multicouche, destinés pour les tuyaux de la plomberie ?

Une gamme de trois matériaux : cuivre, PER ou multicouche, destinés pour les tuyaux de la plomberie ?

on 7 Nov 2018 in Plombier chauffagiste | 0 comments

Ces trois matériaux conviennent aux installations d’eau, sanitaire et chauffage. Le choix du matériau exige les conditions de pose (encastré, sous coffrage, ou en apparent), il dicte également la longévité des canalisations.

Ces trois matériaux : cuivre, PER ou multicouche utilisés pour la tuyauterie, possèdent des avantages et des inconvénients. Flexibilité, coûts, résistance, longévité, etc.

De préférence, le cuivre

Il se présente en barres rigides, écroui, ou recuit, en couronne et malléable, le cuivre est doté d’un faible coefficient de dilatation, permettant aux tuyaux de résister aux pressions élevées. C’est aussi un bon conducteur de chaleur, un point fort pour l’écoulement de l’eau chaude dans les sanitaires ou d’un circuit de chauffage central. Autre avantage à retenir, le cuivre est solide et résiste donc mieux à la corrosion. Mieux encore, au contact de l’humidité, il s’enveloppe d’une couche d’oxyde protectrice de couleur “vert de gris”. Le raccordement des tuyaux se fait à la flamme. Tout dépend si la brasure est tendre ou forte, selon la température de l’eau transportée par la tuyauterie. Les assemblages de tuyaux peuvent aussi se réaliser sans soudure à l’aide de moyens mécaniques, mais plutôt coûteux.

Le PER, le matériau le moins cher

Le polyéthylène réticulé haute densité est défini comme étant un polymère de synthèse à un prix très attractif. Le moyen de réticulation lui procure la résistance nécessaire pour faire circuler l’eau chaude et réduire l’usure accentuée par un débit rapide. Ils sont présentés en forme de couronnes, d’une longueur de 15 à plusieurs centaines de mètres. Les tubes PER se déroulent d’un seul tenant sur une longue distance. Ils sont flexibles et se courbent facilement, suivant des rayons de cintrage, ce qui équivaut au minimum à cinq fois leur diamètre extérieur. Des raccords faciles à effectuer de tous les types : (à glissement, à compression ou à sortir) sont conçus pour les jonctions ou dérivations. Concernant les points faibles, le PER s’altère à la lumière et ne peut acheminer l’eau que sous coffrage ou en encastré. Par ailleurs, sa perméabilité à l’oxygène favorise la prolifération des bactéries. Il existe cependant des variations empêchant l’impact de l’oxygène (BAO) plus faibles sur ce procédé.

La multicouche face au PER

Il existe en barre ou en couronnes, le multicouche contient à l’intérieur de l’aluminium conforté entre deux couches de polyéthylène réticulé HD, soudées par collage. L’aluminium, dont les segments sont fixés bout à bout, sécurise l’étanchéité à l’oxygène et empêche la dilatation. Cette caractéristique garantir une parfaite stabilité, une résistance, et une flexibilité. Il coûte plus cher que le PER, et moins que le cuivre et une longévité d’environ un demi-siècle.

Source

 

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.