Navigation Menu
Un secteur en plein essor économique : la serrurerie en France

Un secteur en plein essor économique : la serrurerie en France

on 2 Déc 2018 in Serrurerie | 0 comments

Le thème de cet article se base sur le marché des serruriers en France. Cet article comporte toutes tournure que peut avoir le marché avec ses contradictions malgré son développement.

Le secteur des serruriers en France connaît actuellement une remarquable évolution. Ces serruriers se distinguent par leur disponibilité à n’importe quel moment de la journée, vu qu’ils sont très sollicités, aussi bien pour la réparation d’une porte qui coince, qu’à la suite d’un cambriolage. Voici quelques statistiques sur ce secteur qui recrute toujours !

Marché des artisans serruriers en France

La serrurerie se positionne entre deux secteurs : les travaux de réparation et la sécurité. Si on prend du recul, on pense que ce métier touche le domaine de la métallerie, du moment que cette profession a un lien avec la conception et la fabrication de systèmes de fermeture.

Un secteur très compétitif

Ce marché possède de bonnes perspectives futures car les serruriers peuvent se perfectionner aussi bien dans la réparation de multiples travaux que dans d’autres bien différents. Concernant le côté sécuritaire, ils sont capables de combiner la domotique avec un système de sécurité nouvelle création. Ce secteur se voit donc évoluer graduellement vers un domaine très actuel et en plus compétitif.

Selon BusinessScot.com, le commerce de la serrurerie a produit environ 8,7 milliards d’euros pour 17554 entreprises de serrureries en France. Trouver un serrurier à Paris, Lyon, Strasbourg, ou Versailles devient ainsi plus facile en apparence.

Le marché du contrôle d’accès

Par analogie, le terme marché de la serrurerie est également appelé le marché du contrôle d’accès. Ce dernier est géré par cinq leaders en France, de nationalités allemande, japonaise, suédoise et française. De petites entreprises sont représentées par ce marché, ces petites sociétés comptent moins de 3 salariés. Il ne faut pas ignorer que ce secteur pourrait se confronter à des difficultés depuis le développement de la domotique.

Ainsi, de multiples grandes sociétés de serrurerie proposent actuellement des verrous sophistiqués, en d’autres mots intelligents, qui se déverrouillent suite à un contrôle digital ou par le biais d’un smartphone ou une tablette. Il est donc indispensable pour les serruriers de se mettre au diapason de la technologie, car s’ils ne peuvent pas appliquer les avancées technologiques, ils ne pourront pas s’affirmer sur le marché facilement.

Entre embauche et réparation : une bonne balance ?

Le résultat de ces développements technologiques : l’offre est plus élevée que la demande. Malgré un effectif croissant de serruriers, la demande reste tout de même insatisfaite, ce qui génère un chiffre d’affaires affaibli.

Un coup d’œil sur une offre gonflée pour un recrutement difficile !

La cause habituelle d’une offre dépassant la demande s’interprète par un manque de recrutement. En général, les postulants sont freinés par leur manque de formation entraînant un ralentissement d’une offre d’un CDI (contrat durée indéterminée), qui peut aboutir sur l’abandon du poste à la fin d’un CDD (contrat durée déterminée) ou d’une alternance.

Une formation parfois laborieuse

Le problème de formation a été le point crucial soulevé par le président de l’UNA Serrurerie-Métallerie en France, Gilbert Olivet. Pendant la tenue des Journées de construction 2018, l’intervention de ce président, a attiré l’attention de plusieurs participants à propos de la mise en application de la Certification de Qualification Professionnelle (CQP), évaluée en Auvergne-Rhône Alpes et en Occitanie, liée à l’Expérimentation des Travailleurs (FEST).

Le résultat est évident pour Gilbert Olivet qui déclare que tout était nouveau et à créer à la fois pour les salariés, les sociétés et les formateurs, aboutissant à une certaine complexité, du moment que tout est personnalisé. Il ajoute que les récipiendaires ne sont pas tous formés aux mêmes travaux, mais le sont selon les nécessités propres de l’entreprise.

C’est un dispositif encore au niveau expérimental qui va certainement être testé en Pays de la Loire, qui paraît être intéressé par ce nouveau système pour les serruriers. Pour obtenir plus d’informations de l’interview de G. Olivet, connectez-vous sur batiactu.com.

Un éventuel déséquilibre ?

La France est concernée par un paradoxe, vu que l’offre ne cesse d’accroître, car celle-ci opte pour la modernité technologique au désavantage des serruriers qualifiés. Les petites entreprises sont les plus vulnérables face à ce changement de conception, car elles ne proposent pas pour le moment ce genre de prestations.

Dans le secteur de la serrurerie, les micro-entrepreneurs ont commencé à créer une nette séparation avec les entreprises. Les micro-entrepreneurs sont spécialisés dans un seul domaine, ils ne sont pas concernés par les gros œuvres, ils font un gain de temps pour accomplir plus de missions. Des perspectives d’avenir qui intéressent les entreprises actuelles…

Source

 

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.