Navigation Menu
L’architecture originale des églises en Inde après la période coloniale

L’architecture originale des églises en Inde après la période coloniale

on 26 Août 2018 in Architecte | 0 comments

En Inde, une importance particulière de se libérer de l’architecture étrangère a donné naissance à des édifices dotés d’une structure originale pour valoriser le patrimoine national.

Dans tous les pays, les églises sont bâties sous différentes formes. Par exemple, si nous observons le dôme de la basilique Saint-Pierre à Rome ou les tours de Notre-Dame de Paris, on remarque que chacune se distingue par son propre style architectural.

Cependant, les conceptions architecturales classiques et anciennes ne sont pas toujours maintenues. Durant la période post-coloniale en Inde, certains architectes ont préféré se détacher de ces conceptions traditionnelles et de les remplacer par de nouvelles formes comparables à des bateaux ou des étoiles. En créant ces nouvelles structures architecturales, ils voulaient se différencier des styles néoclassique et néobaroque particulièrement coloniaux.

D’après l’opinion du professeur George Menacher, historien de l’Église syro-malabare, une Église qui appartient au rite chaldéen construite en Inde, ces créativités architecturales ne correspondaient pas à une initiative globale, mais obéissaient à une démarche économique moins coûteuse qu’une église traditionnelle. De cette manière, l’idée a pris naissance par exemple de de transformer de grands espaces circulaires ou rectangulaires, capables d’accueillir un large effectif. Ainsi, de nouveaux matériaux actuels datant des années 1950 tel le béton, qui a remplacé la pierre et le bois bien plus chers.

En finale, ce nouveau design architectural s’est imposé par son originalité et sa créativité se démarquant de tous les styles précédents. Leurs composantes sont des éléments chrétiens classiques assemblés à des motifs appartenant à la culture locale, l’ensemble émergeant dans un style ayant tendance vers le kitsch. Quand les photographes allemandes Sabine Haubitz et Stefanie Zoche visitèrent l’Inde entre 2011 et 2016, elles furent impressionnées par ces édifices religieux hors du commun par leurs styles et prirent une décision d’exposer une série de photos intitulée Haubitz + Zoche : une épiphanie postcoloniale récemment exposée à Mannheim, en Allemagne.

Source

 

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.